@ jeuneetpunchy.com Le contenu de cet article est la propriété de son auteur et ne peut être utilisé sans son accord et sous certaines conditions.


Je vous propose suite à la lecture du texte ci-dessous,  un petit exercice d’introspection. Ainsi, cette métaphore sera un véritable outil de croissance personnelle pour vous.

homme et son chevalIl y avait dans un village un homme très pauvre qui avait un très beau cheval.

Le cheval était si beau que les seigneurs du château vouaient le lui acheter mais il refusait toujours.

« Pour moi, ce cheval n’est pas un animal, c’est un ami. Comment voulez-vous vendre un ami ? » répondait-il.

Un matin, il se rendit à l’étable et le cheval n’etait plus là.

Tous les villageois lui dirent : « On te l’avait bien dit ! Tu aurais mieux fait de le vendre. Maintenant, on te l’a volé…quelle malchance !

Le vieil homme répondit : « Chance, malchance, qui peut le dire ? On ne connait pas la fin de l’histoire…. »

Tout le monde se moqua de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revint avec toute une horde de chevaux sauvages. Il s’était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde.

« Quelle chance ! » dirent les villageois.

Le vieil homme répondit : « Chance, malchance, qui peut le dire ? On ne connait pas la fin de l’histoire…. »

Le vieil homme et son fils se mirent au dressage des chevaux sauvages. Mais une semaine plus tard, son fils se cassa une jambe à faire cela.

« Quelle malchance ! » dirent ses amis. « Comment vas-tu faire toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support ne peut plus t’aider ! »

Le vieil homme répondit : « Chance, malchance, qui peut le dire ? On ne connait pas la fin de l’histoire…. »

Quelques temps plus tard, l’armée du seigneur arriva dans le village et enrôla de force tous les jeunes gens disponibles. Tous…sauf le fils du vieil homme qui avait la jambe cassée.

« Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer… »

Le vieil homme répondit : « Chance, malchance, qui peut le dire ? On ne connait pas la fin de l’histoire…. »


Pour vous, quelle est la morale de cette histoire ? Connaissiez-vous cet « outil métaphorique » souvent utilisé en coaching pour nous faire prendre conscience, susciter une réflexion ? Partagez ce que cela a suscité en vous en laissant un commentaire ci-dessous. 🙂

 

Voici quelques pistes de réflexion :

Le futur nous est livré par fragments. Nous ne savons jamais ce qu’il nous réserve. Etre dans l’acceptation de ce qui nous arrive sans jugement tout en l’explorant toujours de façon positive et constructive, favorise plus de chance, de créativité, et surtout rend plus serein et donc plus heureux.

 

« Souvenez-vous que le bonheur dépend non pas de ce que vous êtes ou de ce que vous possédez, mais uniquement de votre façon de penser. » Dale Carnegie

 

« Le contentement apporte le bonheur, même dans la pauvreté. le mécontentement apporte la pauvreté même dans la richesse. » Confucius

 

 

 


© www.jeuneetpunchy.com  Merci de mettre le lien source vers cet article si vous souhaitez le partager ou fortement vous en inspirer. 😉