@ jeuneetpunchy.com Le texte de cet article est la propriété de son auteur et ne peut être utilisé sans son accord et sous certaines conditions.


 

En route vers le succès

La PNL est une approche centrée sur le développement humain et sur la relation à soi-même et aux autres. Je vais vous donner ici les 5 axes fondamentaux avec à chaque fois un exercice pratique pour vous aider à « passer à l’action », et non seulement rester dans la théorie. Tous ces exercices pratiques vont vous permettre d’évoluer et de faire évoluer votre vie.

Voici déjà les 5 axes avec le travail à faire qui s’y rapporte puis un récapitulatif en conclusion. Vous pouvez par exemple entreprendre un exercice soit 1 pilier par jour ou par semaine. A vous de voir.

1- Les valeurs, ce qui est en accord avec nous, en phase avec qui nous sommes, ce qui nous fait vivre et vibrer.

Exercice pratique sur les valeurs :

*Relevez dans votre journée jusqu’à 10 choses importantes et bonnes pour vous dans chaque domaine de votre vie (personnel, couple, familial, social, professionnel, etc.). Travaillez sur les 3 principaux pour vous et commencez par le plus important actuellement dans votre vie. ca va vous permettre, en focalisant sur ce domaine, de lui donner de l’importance et de la valeur. Ca va vous permettre aussi de centrer et de renforcer votre attention sur ce qui est vraiment important pour vous, de vous rendre compte de ce qui est déjà positif dans ce domaine de votre vie.
Notez les 10 choses importantes dans ce domaine, ce qui est vraiment super, au Top pour vous.

Vous pouvez faire la même chose pour une situation difficile et ainsi identifier les 10 choses qui vont bien dans cette situation malgré le malaise.

2- Les objectifs, ce vers quoi il est important de s’orienter, comment définir et clarifier vos objectifs pour nous donner toutes les chances de réussir. Il est donc question de votre direction de vie.

La PNL  permet de travailler en matière d’objectifs sur l’émergence de 5 niveaux de conscience :
1er niveau : la conscience du résultat auquel on souhaite arriver, par des représentations sensorielles (au niveau visuel, auditif et kinesthésique) notamment. Donc la première étape est de prendre conscience précisément et contextuellement du résultat souhaité.
2 ème niveau : les conséquences de ces résultats pour nous, quelles sont les satisfactions, les valeurs que l’on va nourrir à travers cela à moyen et long terme.
3ème niveau : les alliances, soit l’intérêt, l’impact positif que va avoir notre objectif sur les personnes impliquées directement ou indirectement, sur notre entourage, notre environnement.
4ème niveau : les comportements et attitudes que l’on va devoir mettre en oeuvre pour pouvoir atteindre ce résultat, cet objectif.
5ème niveau : l’état ressource, soit en fait mobiliser l’énergie, notre dynamique intérieure qui va nous amener vers notre objectif.

Travailler vos objectifs sur ces 5 niveaux.

3- La notion d’action et d’états internes, cette motivation qui nous entraîne vers des actions positives, sachant que nos actions sont toujours le résultat de notre état interne, de notre sensibilité du moment. Il s’agit ici de travailler nos comportements et attitudes qui vont favoriser nos résultats. Notamment avec l’outil puissant qu’est l’ancrage.
Si nous améliorons notre attitude, nous améliorons notre résultat, c’est automatique donc la 1ère chose à faire pour faire évoluer une situation, c’est de nous demander quelle est notre responsabilité dans ce résultat qui ne nous convient pas, ne nous satisfait pas complètement et ce, même si ce n’est pas simple parfois. Ceci pour prendre conscience des comportements qui nous ont amené à ce résultat insatisfaisant et les changer.

Comment mettre en place un ancrage pour retrouver facilement un état intérieur positif, soit un état ressource ? En fait, cet état physiologique qui conditionne positivement notre comportement et notre façon de voir le monde donc nos réactions à une situation.
*Identifier l’état que l’on souhaiterait si le problème était réglé, en fermant les yeux pour faire accentuer dans le cerveau le ressenti positif et à le renforcer.
*Laisser notre inconscient, notre esprit, retrouver une situation, un évènement plus ou moins ancien où l’on a vécu cela (dans n’importe quel contexte). En faire une évocation, une description multisensorielle en retrouvant tous les éléments précis de ce souvenir, toujours les yeux fermés. Plus les souvenirs vont être précis, plus le sentiment positif va se renforcer. Ensuite, le laisser s’intensifier à l’intérieur de nous. A ce moment-là, faire un grand pas en arrière, pour revenir à l’instant et l’état présent en ouvrant les yeux. En laissant notre cerveau imaginer en 3 dimensions le souvenir, il va ainsi en garder l’empreinte émotionnelle spatiale. Ceci en étant dans une position neutre d’observateur, en regardant la scène en fait.

La technique d’auto-ancrage pour retrouver ce sentiment positif et de bien-être aussi souvent que nous le souhaitons, est de créer un automatisme. Fermer les yeux en laissant remonter le souvenir, la situation agréable et y associer un geste comme par exemples fermer le poing ou faire toucher deux doigts puis ressortir de cet état. Faire cela plusieurs fois, de passer d’un état neutre à un état de haute intensité. Les yeux ouverts quand on est observateur et fermés quand on entre à l’intérieur du souvenir. Laisser l’intensité monter en faisant le geste choisi, puis revenir dans un état neutre. Etc. Le faire plusieurs fois de plus en plus rapidement. Sachant que c’est toujours la précision et l’intensité des émotions qui fait la puissance de l’ancrage.

Il ne reste qu’à activer cet ancrage au besoin et ainsi de changer votre attitude à l’égard de l’environnement.

4- La communication : l’écoute de soi-même et des autres, de notre environnement. Elle aussi est la conséquence de nos états internes. Il s’agit de créer le champ d’échange sur le plan verbal ou non verbal qui va favoriser l’interaction. Car bien communiquer sert à échanger de l’information, des émotions, à partager. Plus on va développer nos compétences à observer, à entendre et plus on va savoir s’adapter à la relation, car mieux communiquer est une affaire de forme. Il y a aussi la dimension plus émotionnelle de la relation qui est liée au ressenti, et c’est la partie la plus importante dans une relation. Ce sont nos ressentis qui vont conditionner nos comportements, c’est pourquoi si on est heureux, bien, en confiance, on a naturellement des comportements émotionnels qui sont plus positifs. Les interactions sont bien plus difficiles quand nous sommes dans des états émotionnels négatifs de type peur, colère, car nous allons alors développer des attitudes différentes.
La première chose à faire si l’on souhaite accroître notre qualité de relation, c’est apprendre à recevoir de l’information. C’est donc apprendre à écouter et à entendre pour pouvoir s’adapter. La réception de l’information, c’est le contenu, ce qui est dit et aussi la manière dont c’est dit. Si l’on veut améliorer notre communication, c’est surtout sur la forme qu’il faut travailler, se mettre au même rythme que l’autre. pour cela, il y a quelques réflexes à développer.

L’écoute active, soit être acteur de son écoute.
*Montrer à notre interlocuteur que l’on suit, qu’on l’écoute. Ne pas hésiter pour cela à le faire répéter au besoin.
*Le relancer si on manque d’infos, lui poser des questions pour l’amener à nous en dire plus.
*Reformuler synthétiquement ce qu’il nous a dit et le valider avec lui.
Autre chose très importante en communication s’il y a une divergence de point de vue, et moins on est d’accord et plus il est important de le faire : c’est de reformuler avec succès ce que nous a dit la personne afin qu’elle se sente considérée, entendue. Car quand une personne défend une idée, ce n’est pas l’idée qu’elle défend mais le sentiment qu’elle a de l’idée. Une fois son idée reformulée et validée avec elle, on peut continuer et négocier. Donc surtout ne pas défendre à tout prix, affirmer son point de vue dès le départ.
Transformer notre affirmation en question plutôt que de dire que l’on n’est pas d’accord. Et ne pas hésiter à poser des questions pour avoir des précisions. Aussi garder une attitude corporelle d’accueil, d’ouverture.

Quoiqu’on fasse en communication, c’est notre intention qui compte, une intention positive par rapport à l’autre.

Entraînez-vous à exercer l’écoute active dans votre quotidien.

5- L’évolution, soit la capacité à pouvoir transformer son rapport au monde et de construire positivement avec son environnement. Pour évoluer avec la PNL, il s’agit de mettre en place une dynamique de croissance.

L’évolution, la dynamique de croissance comporte 4  niveaux  :

Position 1 : On est dans notre « important », centré à la fois sur ce qui nous importe et ce que l’on est en train de vivre en ce moment. C’est être en conscience de ce qui est important, plaisant pour nous et apprendre à l’apprécier.

Position 2 : C’est notre capacité à nous arrêter pour réfléchir régulièrement à la manière par laquelle on obtient nos résultats. Afin de faire évoluer notre attitude pour changer de résultat si on le souhaite. Soit avoir une réflexion constante sur l’attitude que l’on peut améliorer.

Position 3 : C’est l’ouverture à toutes nos frustrations, à y être attentif afin de réfléchir à ce qu’on pourrait faire pour les transformer.

Position 4 : Dans ce pilier, on cherche à satisfaire immédiatement ces sentiments de mal-être intérieur par des attitudes qui vont être plaisantes à court terme mais déplaisante à long terme. Soit des attitudes de fuite qui vont nous empêcher d’être bien à long terme.

Vous l’aurez compris, c’est mieux pour notre évolution d’être dans les niveaux 1, 2 voire 3. Exercice pratique pour le niveau 3: relever pendant 3 ou 7 jours (encore mieux 21 jours) 3 sources de frustrations par jour, et réfléchir à comment les régler pour les 3 ou 5 ans qui viennent.

Attention toutefois à ne pas vouloir trop en faire, car pour ceux comme moi qui ont l’habitude de faire ce genre de travail sur soi, de faire 21 jours d’affilée voire plus, ça peut nous mettre une certaine pression et nous « obliger » à trouver des frustrations finalement et nous faire faire n’importe quoi, comme déterrer des vieilles frustrations ou envie du passé qui ne sont plus d’actualité et nous pousser à y répondre alors qu’on se rendra compte que ça ne fait plus partie de notre vie et que l’on est pas au bon endroit au bon moment ou là où on devrait être et à faire ce que l’on doit faire là ici et maintenant. Je mets cette réserve après avoir réondu moi-même à un challenge d’un de mes contacts Facebook spécialiste de la PNL (soit il fallait faire les 3 jours puis relâche 1 jour puis reprendre sur 7 jours avec relâche de 2 jours puis tout de suite enchainer sur les 21 jours. J’ai réussi et comme j’aime bien aller au bout de ce que je fais, d’autant que je connais le bénéfice de ce genre d’exercice, mais mon expérience m’a appris que point trop n’en faut. 🙂 Car ça m’a fait 31 jours à régler 3 frustrations et/ou projets ou objectifs oubliés ou bien encore mauvaise habitude à changer et à y trouver les réponses dans la journée même et à la mettre en oeuvre ensuite bien sûr. Oh le stress car finalement, non seulement il m’a fallu trouver ses 93 choses frustrantes ou pas faites, mais aussi trouver comment y répondre et mettre en en route les réponses trouvées. Et ça m’a fait notamment m’inscrire à un stage dont manifestement une fois là-bas, il m’a semblé évident que ce n’était pas pour moi, malgré que je sois avec des personnes formidables. Ce genre de choses. Ca m’a occasionné des frais dont j’aurais pu me passer aussi et c’est pour cela que je rajoute ce paragraphe à mon article ici, pour partager mes déboires. Je n’ai d’ailleurs même pas demandé la « récompense » qu’il y avait à la clé normalement. Donc c’est un bon exercice, mais avec modération selon moi. 😉 

Mon conseil après cette expérience (faite du 22  août  au 24 septembre 2017 inclus) est de faire comme je le pratiquais avant, de faire régulièrement, 1 à 2 fois par an par exemple une liste avec des choses qui vous freinent de ne pas les avoir faites et mises en place, de les hiérarchiser et de vous y atteler une par une par ordre d’urgence, puis d’importance. 

Synthèse des points clés de la PNL

1er pilier : les valeurs, conscientiser de plus en plus ce à quoi on donne de l’importance.
2ème pilier : pour se fixer un objectif en ayant le plus de chance de l’atteindre, suivre les 5 étapes suivantes : 1- définir ce que l’on veut et se le représenter de manière dissociée soit se voir dans la situation tel qu’on le souhaite. 2- Ressentir la situation et prendre conscience des conséquences que cet objectif aura à moyen et à long terme, les bénéfices que l’on va en tirer. 3- S’interroger sur l’impact de notre nouvelle attitude sur notre environnement, les personnes concernées. 4- Déterminer et mettre en place l’attitude, le comportement qui va nous amener au résultat souhaité. 5- Se connecter au ressenti positif que nous tirons une fois atteint ce que l’on souhaite et l’associer à notre objectif.
La clé est le ressenti positif que l’on a à l’intérieur de soi, c’est le point le plus important en PNL.
3ème pilier : la notion de responsabilité à l’égard de nos comportements car ce qui soutend nos comportements sont nos ressources. La technique pour renforcer l’état ressource est l’ancrage, soit l’association entre un état émotionnel et une attitude, un comportement soit un déclencheur ; pour retrouver quand on le veut cet état ressource pour donner le meilleur de nous-même quand c’est important pour nous.
4ème pilier : la communication, bien se souvenir que quand une personne défend une idée, ce n’est pas l’idée qu’elle défend mais le sentiment qu’il y a derrière. Donc l’importance à écouter et à prendre en compte le point de vue de l’autre. En cas de divergence de point de vue, 3 réflexes importants à modifier, passer de l’affirmation à la question, aller vers la précision et l’attitude non verbale qui va avoir un impact beaucoup plus important que tout le reste. Adopter une attitude d’ouverture.
5ème pilier : l’évolution, être centré sur ce qui est important pour nous, être centré sur nos attitudes et comportements qui permettent d’améliorer cet important, c’est cette dynamique d’amélioration constante qui est importante.

La PNL nous conduit à être acteur de notre vie, à faire évoluer notre capacité à transformer nos contraintes (et non pas les fuir ou les combattre) car quel que soit le développement personnel que nous pouvons faire, nous allons toujours avoir des contraintes, des embûches. En intégrant cette contrainte comme quelque chose qui est là pour nous faire grandir, nous allons développer notre capacité à reprendre la main sur nos situations compliquées.
Donc, il nous faut consacrer du temps à accroître nos capacités de développement pour changer notre vie, mieux gérer nos émotions, améliorer nos relations, etc.

Si vous souhaitez aller plus loin, voici un lien vers 11 cours de PNL gratuits et d’autres formations plus poussées si vous le souhaitez.


@ jeuneetpunchy.com Le texte de cet article est la propriété de son auteur et ne peut être utilisé sans son accord et sous certaines conditions.