Réinventez votre vie

 

Etes-vous l’artiste de votre vie ? 

 

Un cheminement pour faire l’expérience de son être et de sa responsabilité, c’est prendre conscience de nos schémas de pensées, de nos croyances et de nos conditionnements pour s’en libérer, afin de retrouver de l’espace en soi, de s’ouvrir au monde et de se déployer. C’est aussi adopter une philosophie de vie pour améliorer notre quotidien et pour ne plus être des victimes, en train d’attendre que la vie passe et nous amène quelque chose.

On est en fait responsable, ce qui veut dire que l’on peut faire quelque chose pour que notre situation change car c’est dans notre ignorance que l’on a créé la situation dans laquelle on est. On n’est pas impuissant. Il faut nous reconnecter avec notre potentiel. C’est ça devenir conscient : effacer nos mémoires défectueuses pour nous reprogrammer plus judicieusement. C’est aussi savoir à quoi dire non à partir de maintenant. C’est pas un Non à la vie,  c’est un Non pour laisser de l’espace pour faire de nouvelles expériences. Toutefois, sans focaliser sur ce que l’on ne veut pas car cela aurait juste pour effet de faire persister cet état de choses. C’est pour cela qu’il est très important de focaliser sur ce que l’on veut, et non sur ce que l’on ne veut pas. Il nous faut focaliser non sur les obstacles mais sur la direction que l’on veut prendre et se demander si on est dans la bonne et la mauvaise direction.

Car les choses qui nous arrivent correspondent à notre intérieur. On est l’auteur de ce qui  se passe dans notre monde. Ce qui fait qu’on réalise nos rêves, ce n’est pas ce qu’on fait mais qui on est. Car notre monde extérieur est mon monde intérieur. Par exemples, si on s’aime profondément, les gens vont nous aimer profondément et si nous nous voyons comme une opportunité, les gens vont nous voir comme une opportunité.

Comment et par quoi commencer ?

 

Les choses les plus simples sont les plus efficaces, c’est le mental de l’homme qui aime bien compliquer les choses et passer par des process très très difficiles et très compliqués.

Après avoir déterminé une direction à prendre, il nous faut commencer par quelque chose qui est suffisamment petit pour se sentir capable de le faire, mais suffisamment grand pour que ça nous pousse à grandir.  C’est changer un peu de notre programme intérieur car chaque fois qu’on en change une petite partie, on n’obtient pas tout de suite des résultats exceptionnels, mais c’est petit à petit, à long terme que cela crée des résultats exceptionnels. Il ne faut donc pas s’arrêter en chemin car souvent, on utilise  beaucoup, même énormément d’énergie au début pour peu de résultats et peu d’énergie in fine pour l’aboutissement, l’apothéose finale ! 😉  Les personnes s’arrêtent souvent avant d’avoir réussi car elles se disent « tout ça juste pour ça, ça ne vaut pas la peine, j’arrête…. ».

Décidons d’agir comme si tout était possible, et quand les doutes et les peurs surviennent, demandons-nous à nous-mêmes : « Est-ce que tu es sûr à 100 % de ne pas être capable d’y arriver ? »… Non, alors continues !

Il ne faut pas avoir l’idée de croire ce que l’on voit mais l’inverse de voir ce que l’on croit. Se dire : « Je vais vivre ce que je décide de croire ». Notre pouvoir est de rendre réel nos idées. C’est l’effet placebo en fait, l’effet de notre pensée sur notre corps. Le patient croit au traitement qui lui est donné et ça correspond à 30% de guérison, selon les études.

La clé, ce n’est pas de connaître les clés, la clé c’est de s’entraîner à les intégrer dans sa vie par ses actions encore et encore, petit à petit.

Allo, allo ma maladie, c’est quoi ton message ?!

 

Quand nous tombons malade, c’est que nos actions dans la vie physique ne sont pas en adéquation avec nos aspirations profondes, avec nos valeurs. Car souvent, nous vivons pour des tas de choses qui n’en valent pas la peine et on oublie notre être profond, qui nous sommes tout simplement, nos véritables aspirations, nos véritables buts ; et du coup, on n’est pas heureux au fond de nous-mêmes et à force, notre être souffre et il va nous le faire savoir par des situations pour essayer de nous le faire comprendre puis finalement si besoin, par une maladie.  Le corps c »est l’instrument dont se sert la conscience pour répondre à nos mauvais comportements, des comportements néfastes pour nous.

La maladie est là souvent pour que les gens comprennent qu’ils ont des changements à mettre en place.

Il faut apprendre à apprivoiser nos énergies, nos pensées. Souvent, les gens se sont dissociés d’eux-même et sont dans un process de correspondre à ce qu’on attend d’eux. Ils vont essayer d’agir en fonction des autres, de contenter les autres.

Alors qu’en fait, il nous faut reconnaître nos talents, ce que l’on sait faire, et ce qu’on est capable de faire et ce que l’on veut faire surtout et être centré sur nous-mêmes, fidèles à nos valeurs profondes.

Et c’est sûr que nos environnements ont un impact. Mais nous sommes responsable de l’histoire que l’on va se raconter à partir de ça. Un parent qui vous dit « Tu ne vas pas y arriver », c’est sûr qu’il a un impact négatif. Mais déjà, j’ai le choix de me séparer de lui, pas forcément à vie, mais pendant un temps donné, je peux choisir d’aller au contact de gens qui vont m’inspirer. OK, ce n’est pas facile mais d’avoir une vie déprimante non plus. Donc quitte à avoir une vie difficile, autant s’impliquer pour ses rêves.

La peur des critiques que l’on a et qui nous poussent à vouloir plaire aux autres souvent, ce sont nos propres critiques que nous projetons à l’extérieur.

 

Il est où le bonheur, il est où ?!

 

Nous avons un inconscient et un conscient et ce n’est pas notre conscient qui nous dirige, du moins dans 99% des cas. Or, cet inconscient est programmé par toute notre éducation, nos conditionnements et les jugements que nous pensons que notre entourage a par rapport à nous. Il nous faut effacer les programmes erronés et semer de bons programmes qui nous plaisent,.

Etre responsable, ça veut dire tout simplement que l’on peut faire quelque chose pour que notre situation change, sans se culpabiliser de ce qu’elle est aujourd’hui. On n’est pas impuissants !  Et ce n’est pas parce que nous n’avons pas été bien servi au départ, que nous allons nous débrouiller moins bien qu’un autre,  bien au contraire parfois.

Il faut s’apercevoir et être honnête avec soi-même que chaque chose dont on a besoin, que ce soit être en couple, une belle voiture, des chocolats, ce n’est que pour remplir un vide, pour être complet. Quand on sait pourquoi on fait les choses, on arrête de demander aux autres de remplir notre vide.

Et comme dit Christophe Mae dans sa chanson : « Il est où le bonheur, il est où ? …Il est là; il est là et encore là… » Partout en nous et dans toutes les petites choses de la vie !

La meilleure façon d’attirer les choses à soi, c’est de ne pas en avoir besoin. On l’a tous expérimenté. parce que quand on en n’a pas besoin, c’est qu’on est complet déjà. Quand on arrête le rôle de victime et qu’on se prend en main, on trouve le bonheur si c’est que l’on veut. On est libre et on n’est plus le bourreau de ses rêves, qui sont là pour nous inspirer, pas pour nous emprisonner. OK, pas facile mais à travailler chaque jour, petit à petit. Le bonheur n’est pas lié à nos acquisitions, ce n’est pas parce qu’on possède plus, de ceci ou de cela, qu’on va être plus heureux. Mais c’est parce que nous avons l’état d’esprit du bonheur.. Il ne faut pas se priver de nos désirs non plus mais savoir que ce n’est que des « plus », et non que notre bonheur dépend d’eux.

A la base, tout le monde cherche la même chose, cette plénitude, cette constance, aussi une fois cela acquis, ça nous permet comprendre beaucoup de mauvais comportements, les abus, l’alcool, les suicides même, le mal-être, la drogue, etc. Et par cette compréhension, on a un regard bienveillant devant ce qui arrive dans la vie, et c’est ce regard bienveillant qui va nous donner la réponse justement, ce regard positif et constructif.

Et il ne faut pas vouloir avoir absolument raison pour être heureux. Ou je veux avoir raison, ou je veux être heureux. Et de s’apercevoir déjà que si ça coince, c’est que j’ai envie d’avoir raison. C’est un gros chemin d’humilité en fait car l’envie d’avoir raison est forte. 🙂

Reste à nous connecter avec ce qu’on ressent, avec son intuition pour avoir les réponses qui sont en nous. Mais il est important de poser une question car notre mental va ainsi chercher pour nous. C’est la question qui compte et non les réponses, une question ouverte et posée avec enthousiasme pour se laisser surprendre par la vie.

La puissance de notre esprit n’a jamais été aussi forte et ne cesse de croître. Le temps s’accélère et la loi d’action/réaction est bien plus rapide qu’avant. Tout change et donc, si on change notre présent, on change notre futur. L’avenir sera donc ce que l’on en fera. Nous sommes responsables de notre vie, responsables de nos émotions, et nous devons brique par brique changer notre système de pensées. C’est la même information qui revue et revue sous des angles différents est utilisée ainsi à un niveau plus corporel et devient une norme et un fonctionnement.

Il faut apprendre à surfer sur la vague et non plus ramer à contre-courant. « Je suis la réponse que je cherche ».

Quelques citations illustrant ces propos : 

« Ce sont vos modes de pensées qui décident si vous allez réussir ou échouer » – Henry Ford

La plupart des gens sont plus qu’heureux de trouver des excuses pour expliquer leurs échecs. En réalité, c’est à l’intérieur de leurs têtes que la plupart des gens échouent. Une caractéristique qui est très commune aux personnes brillantes, c’est qu’elles possèdent l’optimisme.

Elles imaginent constamment qu’elles réussissent ce qu’elles font, et elles affrontent les défis aisément. Mettez vos modes de pensées en ordre dès aujourd’hui.

« Vous êtes maître de votre vie, et qu’importe votre prison, vous en avez les clefs. » (Hervé Desbois)

« Notre esprit n’a pour limites que celles que nous lui reconnaissons.» (Napoleon Hill)

 


Sommes-nous responsable de notre vie ?
Qu’est ce que le hasard ?
En quoi sommes-nous la cause inconsciente de ce qui nous arrive ?                                                                     Comment nos pensées, nos croyances et nos conditionnements peuvent-elles avoir le moindre effet sur la réalité ? Quelle est la véritable nature de notre conscience ?

Pour répondre à ces nombreuses interrogations, Vous trouverez ci-dessous un documentaire d’1h pour y répondre en plus de l’article. Un documentaire dans lequel 6 professionnels et acteurs du développement personnel (David Laroche, Luc Bodin, Bruno Lallement, Laurent E.Levy, Benjamin Neyrial et Yannick Vérité) explorent chacun à leur manière cette thématique de « La Puissance de l’Intention »et nous donne des éléments de réponse de part leur parcours, leur vécu, et leur compréhension des mécanismes de l’esprit humain. ; Une notion qui renvoie à notre responsabilité individuelle, il ne tient qu’à nous de laisser tomber notre  statut de victime et de changer notre relation à soi, aux autres et au monde.

Un documentaire d’Anthony Chene
http://www.anthonychene.com

Avec l’aide de Xavier Faye

Le site de Tistrya : http://www.tistryaprod.com


© www.jeuneetpunchy.com  Merci de mettre le lien source vers cet article si vous souhaitez le partager ou fortement vous en inspirer. 😉

- 90 € sur le pack de 6 séances de coaching jusqu'au 31 décembre ! Voir onglet Boutique. Ignorer