compliments

                           Crédit photo : comment-aider-son-enfant.com

 

« Un compliment est un rayon de soleil verbal ». Je ne sais plus où j’ai lu ça. 😉

Les compliments sont avant tout une manière de communiquer, de créer du lien ; à condition de savoir recevoir et donner à son tour. Ces petits cadeaux que l’on se fait les uns les autres, s’ils ne sont pas empoisonnés ou trop anodins/machinaux, boostent l’estime de soi.

Les félicitations, les compliments, les encouragements sont les vitamines de la confiance en soi.

1- Notre besoin de reconnaissance

 

On peut se demander d’où vient ce besoin d’importance. Il est vrai que nous sommes si peu au regard de 7 milliards d’humains sur la planète, qu’il est donc naturel de souhaiter laisser une trace de notre passage sur terre, même si cette trace n’est qu’éphémère et ne concerne qu’un petit cercle autour de nous. C’est aussi obtenir la reconnaissance de notre existence…

Nous voulons que nos œuvres, nos amours ou notre mérite soit reconnu. Nous doutons tellement de notre valeur que nous guettons en tremblant l’approbation des autres ou de la société.

La structure du désir humain  est triangulaire : entre mon désir et moi, il y a toujours les autres. C’est même ce qui distingue le désir du besoin. Lorsque j’ai soif, je ne me tourne pas vers autrui pour obtenir la reconnaissance de la valeur de ce besoin. Mais lorsque je dépense une grosse somme d’argent pour satisfaire mon désir d’un grand vin par exemple, alors je désire en même temps que mon désir soit reconnu comme pertinent, bon… Mais pourquoi donc ?

  • L’enfant, alors qu’il se regarde pour la première fois dans le miroir, se tourne vers sa mère et l’interroge des yeux: « Est-ce bien moi ? » et toute sa vie, il cherchera dans le regard des autres, la preuve de sa valeur, de son existence.
  • Le désir de reconnaissance est certainement le plus fort de nos désirs, c’est parce que nous sommes mortels et conscients de l’être. Et que, d’une certaine façon, cette conscience est la conscience de la négation annoncée de notre valeur. C’est ce qui fait que nous nous battons autant que possible, avant de mourir, pour que cette valeur soit reconnue.

Et notre désir de reconnaissance ne sera jamais complètement satisfait et nous en voulons toujours plus et n’avons de cesse de nous tourner vers les autres pourtant si sévères.

Mais attention, chercher à plaire à tout prix, révèle un besoin inassouvi de reconnaissance et dans cette quête perpétuelle du compliment, on risque de se perdre…

2- Pourquoi et comment faire un compliment à quelqu’un ?

 

Complimenter crée donc du plaisir et du bonheur chez celui qui reçoit le compliment, c’est pourquoi nous pouvons dispenser nos appréciations positives avec profusion. Mais attention, il ne s’agit pas là de flatter de façon hypocrite ou par pure « politesse » ou « bienséance » ou bien encore par intérêt. Il est nécessaire d’être sincère et que ces compliments viennent vraiment du cœur.  Car complimenter une personne, c’est la regarder, l’observer, c’est remarquer un détail, une jolie peau ou des mains gracieuses ou une qualité de cœur ou bien encore une qualité intellectuelle, professionnelle.

Et à ces compliments sincères et venants du cœur, il n’y a rien à donner en échange à part un simple et gentil « Merci ».

En formulant ce que nous apprécions chez l’autre, nous lui montrons notre intérêt, nous lui prouvons que notre attention voire notre affection est bien fondée sur des bases réelles et non pas juste sur une relation superficielle.

Il faut donc formuler des compliments réels, spontanés et appropriés à la personne et non des phrases-bateaux que l’on ressort à de nombreuses personnes pour « être gentil » ou pire par intérêt. Il ne faut pas, en effet, que le compliment annonce une demande, une « politesse » comme monnaie d’échange, une sollicitation pour un service, une petite manipulation pour obtenir en retour un soutien, un contrat….un compliment ou une faveur.

Entre hommes et femmes, dans un couple en général, une autre dimension entre en jeu, celle de la séduction. Et il est difficile de faire le tri entre la réflexion sincère et spontanée et le désir sous-jacent…

Essayons nous-mêmes d’être les plus sincères et les plus authentiques et nous aurons de grandes chances d’attirer la même chose.

  
3- Pourquoi certains apprécient et d’autres pas ?

 

  • Certaines personnes ont des difficultés à faire des compliments, elles ont peur de se sentir en position de faiblesse par rapport à l’autre, elles ont l’impression qu’en mettant en avant les qualités de l’autre, elles se diminuent elles-mêmes. Ceci nécessitent donc de mettre un peu son égo de côté. Et comme pour tout, c’est en s’entraînant qu’on parviendra à complimenter de plus en plus et de mieux en mieux son entourage et ses relations et lors de nos interactions. Des mots gentils sortiront spontanément de notre bouche : « Tu as une belle robe. » « Tu t’es surpassé aujourd’hui, ta présentation était géniale ! » «Votre enfant est magnifique, sage… », etc.
  • Et du côté receveur, le compliment est une marque d’affection qu’il faut savoir apprécier. La réaction dépend de la relation que chacun entretient avec l’image de lui-même. Le compliment parle directement au narcissisme de la personne. Si dans l’enfance ou dans l’adolescence, on n’a été ni encouragé, ni flatté par des parents bienveillants ou pire, si on a été critiqués –avec des parents et/ou des proches qui nous signifiaient toujours le petit détail qui n’allait pas et jamais ce qui allait bien, le considérant comme « normal »- plus tard, on ne sera jamais très à l’aise avec ce qui peut être dit sur nous, sur notre physique ou notre comportement, façon d’être, etc.
Conclusion

 

Pudeur, maladresse, peur de tomber à côté, tout cela nous freine dans notre élan vers l’autre. L’éducation ne nous porte pas non plus à exprimer nos sentiments, nos désirs ou nos émois. Mais en s’intéressant sincèrement à l’autre, en remarquant ses efforts, pour être tout simplement agréable, généreux, rassérénant, etc.,  on place la relation sur un registre de valorisation et l’on n’est pas dans la critique ou dans la course à la perfection. Agir ainsi, c’est faire preuve de maturité.

Et qui sait, en s’habituant à voir et à être heureux des qualités des autres au lieu de leurs défauts, c’est peut-être aussi soi-même que l’on valorise et à qui l’on donne le plaisir de donner ce cadeau à l’autre.


© www.jeuneetpunchy.com  Merci de mettre le lien source vers cet article si vous souhaitez le partager ou fortement vous en inspirer. 😉