© jeuneetpunchy.com Le texte de cet article est la propriété de son auteur et ne peut être utilisé sans son accord et sous certaines conditions.


 

La solitude est une expérience de vie plus ou moins transitoire mais de plus en plus courante. La solitude n’est plus présentée comme essentiellement un mal-être, un isolement plus ou moins subi, parce que ce n’est pas de vivre seul qui génère de la solitude, mais bien ce que l’on vit et comme l’on vit.

Si c’est un choix affirmé, elle n’est donc plus synonyme d’échec ou d’ennui.

La solitude aide à construire l’individu, à son épanouissement dans la mesure où elle est choisie, que l’on vive seul(e) ou non d’ailleurs. Tout est une question de ressenti, on peut vivre en solo et être très entourée ou bien encore se sentir seul(e) en famille ou en couple. Un sentiment de solitude peut être éprouvé tout en étant très entouré(e). Si certains la recherche par besoin, pour d’autres cela reste une expérience douloureuse. Elle peut faire peur car il est vrai que l’homme naît dépendant, au début de sa vie, c’est autrui qui se charge de ses besoins. L’être humain a donc besoin des autres pour constituer sa personnalité et se mettre à l’épreuve, mais il faut faire aussi attention de ne pas se dissoudre dans le collectif et de ne plus jamais être face à nous-même.

En résumé, l’homme a besoin des autres mais aussi de solitude. Et pour être bien dans sa solitude, il faut savoir se relier aux autres. C’est seulement dans ces conditions que la solitude est une source d’épanouissement.

On a tous besoin de solitude pour se ressourcer, pour réfléchir, pour se projeter, créer, etc. Ces moments seuls sont de plus en plus rares de nos jours. Nous sommes de plus en plus connectés et dans l’agitation grandissante, et partout à la fois. Nous n’avons plus le temps de nous « ennuyer ». Et pourtant, pour nous construire et évoluer, nous avons tous besoin d’espaces où nous sommes face à nous-même.

La solitude et l’isolement, non, la vie en solo oui, si c’est une option choisie. Il y a eu à ce sujet une belle évolution, elle est de plus en plus connotée positivement. Fini les vieilles filles et les vieux garçons d’antan ! 😀 Les avantages de vivre en solo sont nombreux : ne pas avoir de compte à rendre soit faire ce que l’on veut quand on le veut. Ca apprend l’ndépendance car on n’est tributaire ni dépendant de personne. Ca peut nous permettre de faire des choses dont on aurait jamais cru qu’on était compétent à les faire. On apprend à passer du temps seul(e) avec soi-même, à se « retrouver ». Ca renforce notre propre sentiment de sécurité interne, notre autonomie. On y découvre alors une richesse infinie par une introspection solitaire et salutaire, mais pas forcément facile aussi beaucoup préfèrent se précipiter vers les autres, pour échapper à soi.

Par contre si la solitude est vécue négativement, il faut en sortir. Si on a tendance à ruminer des pensées négatives, si on a peur d’aller vers les autres de peur de les gêner. Si on se considère comme pas assez intéressant et que l’on croit que même avec les autres, notre situation ne changera pas. Si on se sent condamné à vivre seul(e), le risque à ce moment-là, est de s’enfermer dans la spirale où c’est le désespoir qui entretient la solitude qui là, n’est plus du tout une option choisie ni une source d’épanouissement. Pour s’en sortir, il faut alors que la personne arrête d’écouter ses pensées et qu’elle mette en place des actions qui ont du sens pour elle, autant que possible, à son rythme. car quand on fait des choses qui ont du sens pour nous, on ne souffre pas de solitude. Notre esprit étant « bien » occupé. 🙂 Donc adopter une attitude constructive positive, tout en agissant pour ne pas céder aux ruminations négatives, sortir pour se éviter de se retrouver « trop » seul(e), se faire plaisir pour se sentir excité(e), s’ouvrir aux autres en toute authenticité. Ce peut être aussi s’ouvrir aux autres à la recherche d’un soutien. Cette attitude permet d’exprimer son mal être et à créer des relations concrètes. Se montrer authentique et ainsi pouvoir recevoir des signaux positifs des autres.

Car même si l’on est bien à vivre seul et qu’on y trouve des avantages, rappelez-vous, l’homme est un animal social qui a besoin d’interactions avec les autres. Comme toujours, un juste équilibre, la « voix du milieu »…


© www.jeuneetpunchy.com  Merci de mettre le lien source vers cet article si vous souhaitez le partager ou fortement vous en inspirer. 😉